L'approche intégrative et ses résultats

L'approche intégrative et ses résultats

Dans cet article, j'ai décidé de vous expliquer l'approche intégrative que nous avons mis en place au sein d'AHC. Cela ne vaut bien évidemment qu'au regard des résultats de terrain obtenus. On vous explique tout!

L'approche intégrative, c'est quoi?

Nos recherches sur l’approche intégrative trouvent leur origine dans les "résistances" de développement des joueurs.

Autrement dit, dans le cas typique du joueur qui bénéficie d’un processus d’entraînement pertinent mais qui ne progresse pas ou trop peu.

L’approche intégrative invite l’entraîneur à reconsidérer certains présupposés à l’entraînement et je pense qu’elle est liée à la question de la rencontre de la pratique et des modélisations de la performance que l’entraîneur mobilise.

Adopter une approche intégrative n'a pas pour objectif un mélange des méthodes et des domaines à tout prix.

 

Intégrer ne signifie pas déployer tous les outils à disposition face à une "résistance" au développement du joueur.

 

L’approche intégrative consiste à mobiliser les outils pour lever les "résistances" en situation d’entraînement afin de permettre au joueur d’atteindre son potentiel maximum. Ces résistances sont le résultat de limitations acquises.

 

Différents modèles pour penser l’intégration

Nous avons pensé 2 grands modèles pour l’intégration :

  • Le modèle inter : L’entraîneur chevauche deux approches d’entraînement et mobilise les éléments qui appartiennent à la fois aux deux méthodes ;

  • Le modèle union : L’entraîneur chevauche deux approches d’entraînement et mobilise les éléments qui appartiennent à l’une ou l’autre des méthodes.

 Les conditions de mobilisation sont fonctions des besoins du joueur, des résultats attendus, de l'expérience de l'entraîneur.

En matière d’entraînement sportif, la théorie ne vaut que si elle est confrontée au réel.

Nous avons donc choisi d’appliquer l’intégration en modèle inter (par exemple comment la nutrition peut aussi être la récupération et la performance physique et mentale) et en modèle union (par exemple comment l’entraînement au dribble peut être à la fois technique, neuro et physique).

The French Cultural Exception

Depuis le début de nos recherches sur l'approche intégrative, nous faisons face à une importante pression de conformité. L’entraînement au basket-ball est un système dans lequel la science est relativement peu présente. En témoigne le volume d’études et de recherches relativement réduit, même en anglais, ce volume diminuant encore drastiquement dans la langue de Molière. S'il y a si peu de recherche, c'est aussi parce que le basket-ball est ici un sport traditionaliste et fondamentalement marqué par la conformité. La professionnalisation des cadres, hors des structures des clubs est quasi-inexistante. Combien connaissez-vous de laboratoire de recherche privés dédiés au basket en France? Combien connaissez-vous de cabinets de performance dédiés au basket en France? Combien connaissez-vous de complexes sportifs privés dédiés au basket en France?

Même la professionnalisation des cadres en club est très majoritairement limitée aux minimas édictés par les règlements des ligues professionnels.

Dans ce contexte qui est le nôtre, les experts qui ont la volonté et le temps de procéder à des recherches pour faire avancer les méthodes pédagogiques, d’entraînement et de performance se comptent sur les doigts d’une main.

Pourquoi l’intégration ?

Lever les limitations de performance à l'origine des "résistances" chez les joueurs qui disposent d’un haut niveau de motivation est une priorité pour moi.

Cela m’a poussé à me concentrer sur les principes généraux de ces "résistances", à comparer les méthodes afin d’améliorer ce qui était proposer aux joueurs.

Chaque méthode présente un intérêt. Même celle qui semble en présenter le moins a quelque chose à vous apprendre : Elle peut par exemple stimuler le joueur, renforcer son sentiment de réussite, même si concrètement elle ne développe pas ou très peu.

Il ne s’agit donc pas de tirer à boulets rouges sur l’une ou l’autre des méthodes mais de comprendre pourquoi celle-ci marche peu, l’autre beaucoup, l’autre encore plus et d’autres sont inefficaces mais pourtant perçues comme indispensable.

Longtemps, j’ai classé les méthodes par efficacité en faisant prévaloir la question du gain en situation de match. J’omettais un point central : certaines méthodes n’ont pas d’intérêt sur l’efficacité mais elles peuvent en avoir d'autres.

L’intégration est apparue, au fil de ses 22 années de travail, comme le compromis idéal pour les situations d’apprentissage, de développement et de performance. D’autant plus efficace pour lever les "résistances".

Ce que l’intégration nous apprend de l’entraînement ?

L’intégration nous apprend qu’il y a des facteurs communs dans les différentes méthodes.

Elle permet de trouver un accord entre toutes les méthodes sur les résistances à l’apprentissage et au développement des joueurs.

Elle nous apprend aussi que les modèles sont relatifs, relatifs à chaque joueur et que les résultats sont interdépendants.

Enfin l’intégration nous montre que les outils ne sont pas des objects inertes qui ont vocation à se répéter dans le temps jusqu’à en perdre le sens.

L’approche intégrative pour l’entraîneur

L’approche intégrative est une alliance des approches avec pour objectif d’apprendre, de développer, de faire performer les joueurs.

C’est aussi une rencontre avec soi car elle contraint à sortir de son cadre de références, à sortir de sa zone de confort, pour aller toujours là où l’on ne serait peut-être pas allé naturellement.

Elle est en outre un apprentissage pour l’entraîneur, un apprentissage qui grandit à chaque joueur accompagné vers ses objectifs.

Qu'elle prenne tantôt la forme d’un labyrinthe duquel on doit sortir le joueur tantôt la forme d’un dédale de compétences qu’il faut connaître et comprendre pour les intégrer les unes aux autres, l'approche intégrative est celle qui permet de faire mieux.

Les résultats

Si vous avez lu jusqu'ici, je vous félicite car vous faites parti des entraîneurs ou joueurs qui veulent comprendre.

J’ai accompagné des joueurs "résistants" à l’apprentissage, au développement et à la performance.

Pour des joueurs naturellement "talentueux" un ballon, un panier et la motivation suffiraient dans la majorité des cas.

Mais pour les joueurs "résistants", celles et ceux qui ne parviennent pas à développer leur performance au-delà d’un certain pallier, qui ne progressent pas malgré les heures et les heures d’entraînement, il y a un vrai défi pour l’entraîneur.

Ces résistances peuvent toucher tous les joueurs, qu’ils soient professionnels, amateurs ou même débutant, ils peuvent tous stagner sur une marche qu’ils ne parviennent pas à dépasser.

C’est alors que l’approche intégrative a apporté des résultats jamais obtenus auparavant. Qu’il s’agisse de tir, de passe, de dribble, de défense, de détente, de mobilité, de vitesse, de force ou de compétence tactique.

Prenons l’exemple du tir qui est un thème qui passionne les joueuses et joueurs.

Les résultats suivant ont été obtenus sans séries longues (Volume des séries inférieur à 12 répétitions).

Ils ont été obtenus sans répétitions sur les mêmes spots (pas plus d’une série par spot).

Ils ont été obtenus en intégrant des méthodes techniques, physiques, neuro-athlétiques.

Ce sont les résultats d'un joueur professionnel qui n'arrivait pas à améliorer son pourcentage de réussite, malgré les heures passées à la salle. C'est la première fois que je communique ces résultats.

Nous avons ici un joueur dont le tir était "résistant" au changement. Nous avons levé cette résistance en 12 semaines. Que faut-il comprendre de ces représentations :

  • Que le tir après est beaucoup plus stabilisé et que cette stabilisation des attracteurs est indispensable pour être en réussite régulièrement ;
  • Que le tir après est beaucoup plus fort (les vecteurs de forces sont mieux orientés et les pertes de force sont réduites) il sera donc plus stable au fil du match et des distances.

Ce résultat a été obtenu en 12 semaines, pour un tir ancré depuis 780 semaines. En 12 semaines nous avons construit les réseaux de neurones pour ce tir!

Cela donne une idée du potentiel de plasticité du cerveau. Si ce résultat pouvait être obtenu sans l'approche intégrative, il y a fort à parier que tous les coachs de tous les pays, de tous les clubs qui ont travaillé avec ce joueur y seraient parvenus précédemment. Ensuite, il ne reste plus qu'à myéliniser!

(NB: Nous respectons l'anonymat des joueurs suivis dès lors qu'ils nous en font la demande. C'est la raison pour laquelle les vidéos et photos ne sont pas diffusées et sont remplacées par des visualisations de ce type).

L'approche intégrative vous intéresse?

Si vous êtes entraîneur, tout est présenté dans les formations Basketball Motor Skill niveau 1, puis ensuite niveau 2. Elles sont accessibles à partir de cette page en cliquant sur "Formations".

Si vous êtes joueur amateur ou professionnel et que vous souhaitez pour entraîner différemment pour obtenir des résultats différents, le système de suivi AHC Evolution peut vous accompagner pour réaliser vos objectifs, quels qu'ils soient. N'hésitez pas à nous contacter pour plus de renseignements (contact@andyhyeansconsulting.com).

Cet article vous a intéressé? N'hésitez pas à le partager au maximum! Ensemble nous pourrons faire avancer la performance au basket-ball :-)

 

22/01/2021

Andy Hyeans Consulting
Photo de profil de Andy Hyeans Consulting
Andy Hyeans Consulting est le spécialiste de la performance individuelle dans les sports collectifs.
Réalisé avec Formator.io